Blog de Baudin

26 juillet 2006

Retour vers le passé

agcarte04    Bonjour à vous, qui passez, certainement par hasard.

    Je me propose d'évoquer le passé des forges de Baudin, leurs productions, l'histoire des ouvriers ou encore celle des maîtres de Forges. Aussi, au hasard de mon humeur et de ma disponibilité, je distillerai quelques traits de cette aventure des temps modernes que j'essayerai d'agrémenter de quelques photos.

           Moins lié que sur un site internet qui existe cependant ,(http://perso.wanadoo.fr/baudinlesforges), je serai plus à l'aise pour évoquer telle ou telle partie de la vie de ces forges ou de celle du musée créé pour maintenir dans l'esprit de tous, cette image si forte de nos grands-mères au fourneau y associant par la même le labeur des ouvriers dirigés par des maîtres de forges soucieux de paternalisme. 

Posté par loupiot à 19:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]


27 juillet 2006

Visions fugitives

Bau___SF_009

Le site de Baudin et de l'ancienne usine

091205_026

Travail et spiritualité...

Posté par loupiot à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2006

Point de situation

          Lorsque l'on évoque  le nom de Baudin, nombre de personnes imaginent un aïeul qui aurait porté ce nom. En fait celui-ci est tiré du mot "Baudeyn" ou "Baudyn" qui signifiait  boueux, marécageux, car tous les alentours de ce qui deviendra l'usine, étaient formés de terrains mouvants, recouverts de flaques d'eau stagnante. Le site, coincé entre les deux villages de Toulouse-le-Château à l'est et de Sellières à l'ouest, est situé sur la rivière Brenne qui se jette dans la Seille.
          Le moulin, situé sur la rive gauche de la rivière est alimenté par un canal, lequel sert de limite administrative entre les deux communes citées plus haut. De plus, il est proche de la voie de communication  départementale reliant Poligny à Sellières.

         C'est tout cet ensemble qui va servir de base à l'édification du haut-fourneau des "forges" de Baudin.

         

Posté par loupiot à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2006

Dis, c'est où Baudin?

          La question est d'importance. Malgré les quelques renseignements géographiques glanés plus avant, il faut situer un peu plus ce lieu particulier.
          Et rien mieux qu'une carte ne peut le faire aussi bien. Alors je vous en offre deux afin d'avoir une idée plus précise de l'endroit où va se dérouler cette histoire qui ne saurait tarder à débuter.

iti1

iti2

          A présent que le décor est planté, on peut dérouler le tapis de l'histoire...

Posté par loupiot à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2006

Avant toute chose...

          Avant de débuter la relation écrite de l'histoire des forges de Baudin, je tiens à préciser au lecteur, qu'il ne trouvera pas ici une étude nette, précise et fouillée. Rien à voir avec une thèse. Il s'agit plutôt d'une tentative de vulgarisation sur cette société bien particulière du Jura. Ici point de chronologie, mais des chapitres se rapportant à tel ou tel aspect de ce petit monde (technique industrielle, productions, religion, généalogie, etc...)

          Je souhaite ainsi que chacun trouve son compte dans le domaine qui l'intéresse, sans avoir à lire des chapitres dont le contenu lui serait indigeste...   

                                                         

                                                              p174

Posté par loupiot à 15:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


09 septembre 2006

Acquisition

          1794 : c'est l'heure de la révolution française et ses effets se font sentir jusque dans le Jura. Les terres de Baudin et le moulin appartiennent alors au sieur Menault de Bontemps, un noble résidant à Arbois. Mais compte tenu de la situation intérieure, ce dernier a quitté le territoire national (la frontière suisse n'est pas très loin...)
          Ses propriétés vont ainsi tombées dans l'escarcelle de la République qui en fait un bien national, afin de le revendre aux enchères ultérieurement pour amener de l'argent frais dans les caisses de l'état.
         Ce faisant, deux maîtres de forges, M. Claude-Joseph Morel (1744-1797) et M. Claude-Etienne Jobez (1745-1830) se portent acquéreurs de cet ensemble avec l'idée d'y installer un haut fourneau.
         Pour quiconque se promène aujourd'hui sur le site, il n'apparaît pas évident qu'une entreprise "sidérurgique" ait peu s'installer en ces lieux, dépourvus à présent d'un quelconque vestige industriel typique d'une usine. Quelle étrangeté a donc pu pousser ces respectables personnages à songer à établir en ce lieu une industrie,et plus précisement une fonderie comme en atteste le document d'adjudication de Prairial de l'an second, joint ci-après.
          L'étude qui va suivre nous éclairera un peu plus sur les raisons de ce choix ainsi que sur la personnalité des acquéreurs.

                                                        ill0003

Posté par loupiot à 13:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 septembre 2006

Promenade sur le site


Promenade sur le site
Vidéo envoyée par videolf
Un premier tour d'horizon pour appréhender l'environnementde ce qui fut une usine : les forges de Baudin

Posté par loupiot à 14:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 septembre 2006

Les raisons d'un choix

         En fait il faut se remémorer ce Jura du début du XIX° siècle.

         En 1814, une enquête publiée dans l'Annuaire de la préfecture du département du Jura recense 3574 ouvriers dans 146 fabriques et manufactures. Avec 1223 personnes, le principal pourvoyeur d'emplois est la métallurgie liée aux matières premières (bois, minerai de fer) et à la force motrice des cours d'eau. En effet, grâce à un important réseau hydrographique, on dénombre près de 1173 roues hydrauliques pour actionner les moulins (à blé dans la plupart des cas - année 1809).
         On va ainsi recenser des hauts fourneaux et des forges, des martinets, des fonderies, des  chaudronneries, etc. Comme on le constate, il s'agit tout autant d'usines de production que de transformation dont les facteurs communs sont
la présence de la matière première (minerai de fer, accessible en surface), l'abondance du combustible (le bois) et on l'a vu plus avant la richesse en énergie hydraulique.

         Et nos deux associés Jobez et Morel se sont appuyés sur ces trois éléments pour établir le haut fourneau de Baudin. Dès le début, ils peuvent s'appuyer sur le moulin pour y annexer un soufflet chargé d'attiser dans le haut fourneau la combustion issue du charbon de bois qu'on y enfourne et qui provient des forêts environnantes, propriétés pour partie des maîtres de forges (Jobez). Quant au minerai de fer nécessaire à la production de la fonte, il provient en grande quantité de la mine de Monay, située à 4 kms de Baudin, ainsi que de Sellières pour le minerai en poussière ou encore de la plaine de Bresse pour le minerai en grain. Mais on peut raisonnablement penser que la découverte du gisement de Monay vers 1790, influera positivement sur le choix de Baudin par les deux associés pour des raisons de coût de transport évident; toute comme la proximité des charbonniers de la forêt de Chaux ou du val de Cousance. La forge ou devrais-je écrire la fonderie peut rouler...

         Mais avant de voir les productions et autres techniques employées, il serait bon d'entre connaître un peu plus sur nos deux amis.

ill0009

Le haut-fourneau d'après l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert 

Posté par loupiot à 20:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 septembre 2006

Portrait des acteurs : C-J Morel

          Comme on l'a vu plus avant, deux hommes déjà associés au sein de la société "Morel aîné et compagnie" vont mettre sur pied cette usine de Baudin.

          De Morel, on ne connaît que peu de choses. Il est né à Morez en 1744. Son père, Antoine-François,  aurait été d'après les registres paroissiaux, "négociant".  Ce nom de famille ancienne, Morel, aurait donné son nom à la localité de Morez... Quant à sa mère elle était née Geneviève Paget. En 1779, il a pris à bail pour 29 ans les forges de Châteauvillain à Bourg-de-Sirod, sur l'Ain. C'est d'ailleurs là qu'il mourra le 4 mai 1797. Le 29 avril, la société "Morel aîné et compagnie" avait été dissoute devant notaire mais malgré cela la famille Morel restera associée  jusqu'en 1811 à Claude Etienne Jobez.

bourg_de_sirod

                                                             

Implantation des forges de Chateau Villain (Détail carte IGN)

Posté par loupiot à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Portrait des acteurs : C-E Jobez

          Claude-Etienne Jobez est originaire de la même région que son associé puisqu'il est né près de Morez, à Bellefontaine, en 1745, de Jean-Claude, fabricant d'horlogerie et de Marie-Anne Mathey. Commerçant, voire représentant de commerce, il place dans toute la France de l'époque, les horloges jurassiennes. Puis il diversifie ses activités et on le retrouve dans la grosse métallurgie achetant des biens nationaux, donnant de l'amplitude à ses entreprises. Ainsi en 1800, il achète pour 55.330 F de Madame de Radoan, héritière des Watteville, les forges de Bourg-de-Sirod. En 1810, sa fortune est déjà bien établie, grâce à son commerce avec la Suisse et tout l'empire.

          La même année voit la création d'une société pour "le roulement et l'exploitation des forges, usines et autres objets quelconques du commerce de Monsieur Jobez père", société dite "Claude Jobez et Cie" avec pour associés, son fils Emmanuel et son gendre Etienne Monnier. Se trouvent ainsi rassemblés trois établissements : le haut-fourneau de Rochejean, dans le val de Mouthe, les forges de Syam et les fonderies de Baudin. D'ailleurs en 1813, un état des 600 plus imposés du département le montre occupant le premier rang... Son décès interviendra en 1830. Possédant un génie commercial hors du commun, doublé d'une grande force de caractère, Claude Jobez, par l'alliance de sa fille Adélaïde avec Etienne Monnier donnera naissance à une nouvelle dynastie de maîtres de forges : les Monnier.

                                                           ill0002
                                                       Claude-Etienne Jobez
                                                            1745 - 1830

Posté par loupiot à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]